Appel à contributions

« Un Congrès pour aller plus loin ensemble et nous engager collectivement pour le présent et l’avenir… pour des rencontres intenses d’échanges et de prospectives. Dès à présent, vous pouvez vous préinscrire pour que nous nous retrouvions toutes et tous à Saint-Etienne les jeudi 30 et vendredi 31 mars 2017, pendant la Biennale internationale Design.
Au coeur d’une année de renouvellement politique et dans un moment de questionnements et de multiples tensions, le congrès de la FNCC veut créer un espace ouvert pour penser les politiques des arts et de la culture comme un atout au service de l’intérêt commun. Espace de dialogues, d’innovations et de propositions, notre congrès a de grandes ambitions pour être utile à toutes et tous les élu-e-s qui agissent au quotidien, quelles que soient leurs responsabilités, pour faire vivre les valeurs de progrès et d’humanisme ! Réactivée récemment par le Conseil d’administration, notre sollicitation de contributions volontaires des élu-e-s, mais aussi des professionnel-le-s et de tous les partenaires de la FNCC dans la diversité des sujets et des points de vue est un atout précieux pour un congrès ouvert.
Afin de favoriser une démarche nouvelle, nous mettons en œuvre des outils de co-construction du 24e congrès. Les premières traductions de cette démarche sont la Lettre d’Echanges n°149 “spécial congrès”, la page Facebook dédié (https://www.facebook.com/events/355295358183438/) sur laquelle vous pouvez suivre et commenter toute l’organisation du congrès et enfin cet espace sur notre site internet qui vous permet de retrouver toutes les informations et surtout d’apporter vos contributions (vos projets, vos expériences, vos idées, vos propositions…) que nous espérons aussi nombreuses que possible ».

Florian Salazar-Martin, président de la FNCC.

Commentaires

Mairie de Châtillon sur Indre
Une petite ville comme la nôtre n'a pas les moyens de payer une animation culturelle de bon niveau. Nous pourrions peut-être bénéficier, comme nous sommes en ZRR, d'une dispense de frais (SACEM, etc..) qui nous permettrait de passer des DVD standard dans un petit local pour créer une animation. Cela n'entraînerait pas de pertes pour les professionnels car, de toute façon, ces spectateurs n'iraient pas à 25 ou 50 kilomètres voir un concert ou un film. Ceux qui le peuvent le feront pour profiter de l'atmosphère d'une vraie salle de cinéma ou de concert. Voila un moyen simple de promouvoir la culture dans le cadre d'une petite association "cinémathèque"! Merci de réfléchir à cette proposition pour la survie habituelle et la survie culturelle de nos territoires ruraux, bien défavorisés par les réformes actuelles.

Fédération des arts de la rue
L'art dans l'espace public est actuellement une victime collatérale de l'état d'urgence. Le rapport du préfet Weigel qui doit sortir prochainement préconise, pour les événements art de la rue, de jouer dans un espace clos par des barrières, ce qui est totalement antinomique avec l'esprit même des arts de la rue. De plus cela correspond à une inflation des budgets sécurité dont organisateurs et collectivités doivent supporter le coût, sans aide complémentaire de l'État. Cela risque de pénaliser gravement les festivals, et même du point de vue sécuritaire, c'est totalement contreproductif. Le risque étant que ces préconisations, qui n'ont valeur que de préconisations, soient prises à la lettre. Les professionnels des arts de la rue souhaitent sensibiliser les élus à cet état de fait pour opposer à ce tout sécuritaire anxiogène une responsabilité partagée.

SNSP, Syndicat national des scènes publiques
Le Syndicat National des Scènes Publiques (SNSP) représentant des scènes publiques implantées sur l’ensemble du territoire s’est réuni le 27 mars 2017 à l’occasion de son Assemblée Générale annuelle. Les prochaines années vont voir se dessiner une nouvelle ère pour nos professions et les incertitudes sont grandes. Les échéances de la Présidentielle et des Législatives viennent clôturer une séquence importante de renouvellements politiques dans les territoires. Aussi, les adhérents du SNSP ont décidé de réaffirmer les valeurs fondatrices du Syndicat. Les scènes publiques, qu’elles soient permanentes ou festivalières, sont une offre artistique et culturelle de service public sur l’ensemble du territoire qui ne fait l’objet d’aucune observation agrégée. Nous demandons une observation partagée avec les pouvoirs publics et la profession. Sans cette observation globale, comment bâtir de véritables politiques de soutien à la création et la diffusion des spectacles ? L’Europe de la création et du partage culturel n’est encore qu’à ses débuts : nous demandons aux pouvoirs publics de s’investir pleinement pour le développement d’échanges pluriels, une circulation facilitée des œuvres et des artistes avec les budgets en conséquence. Nos scènes publiques sont en constant dialogue avec les élus des Collectivités Territoriales et les représentants de l’Etat qui les financent. Ce dialogue doit se formaliser dans des instances territoriales à l’échelle des Régions. Ainsi, nous demandons à ce que ces instances de dialogue soient formalisées. Ces instances pourraient entre autres travailler à la mise en œuvre de la liberté de programmation (chartes de bonnes pratiques) et aux moyens de la mise en œuvre des droits culturels, inscrits dans la loi NOTRe et la loi LCAP et de saisir cette opportunité pour mieux conjuguer les politiques culturelles et d’éducation populaire. La décentralisation doit plus que jamais se poursuivre notamment dans les zones rurbaines ou éloignées, au travers des projets fédérateurs portés par les scènes publiques et les artistes. Pour cela, à nouveau, encore faut-il que l’offre actuelle soit parfaitement identifiée, observée, pour que les politiques de coopération culturelle dans les territoires soient établies sur des objectifs d’offres artistiques et non simplement comptables, en favorisant notamment les financements croisés : c’est à cet endroit que se noue le dialogue autour de l’art et la culture et que les enjeux sont débattus, dans une logique d’offre de service public de proximité. Les Scènes conventionnées doivent être renforcées au travers un plancher de financement décent par l’Etat : 100.000 euros annuels nous paraissent le minimum pour pouvoir accomplir les missions spécifiques de ces scènes alors même que nous ne parvenons pas à obtenir une inscription formelle dans les textes des 50.000 euros minimums promis. Parce que l’éducation artistique et culturelle est le second pilier de notre activité avec celui de la création et de la diffusion de spectacles, nous demandons une véritable coordination interministérielle (espace de dialogue et d’action entre les ministères concernés à la place de la séparation qui existe actuellement). Nos lieux sont souvent pleins et accessibles à des tarifs raisonnables. Quand ils ne diffusent pas des spectacles, ils accueillent des artistes en résidence pour leur création, des scolaires, des amateurs ou encore réalisent des prestations de service ou d’accueil de pratiques locales. Les adhérents du SNSP revendiquent haut et fort leur mission de service publique de proximité, d’offre culturelle à toute la population sur l’ensemble du territoire. Nous ne vendons pas des spectacles à des consommateurs, nous accomplissons une mission d’intérêt général au bénéfice de la population. Mais nous sommes plus qu’inquiets sur une montée en puissance observée (et certains objectifs affichés) de délégations de service public accordés à des grands groupes privés, qui n’a rien à voir avec une politique d’offre diversifiée. Nous demandons aux élus de ne pas entrer dans cette logique et, au contraire, de réaffirmer une véritable ambition artistique et culturelle dans leurs territoires.

ville d'arras(62) vv-blain@ville-arras.fr; 0321506984
je reprends le poste de mise en réseau des associations culturelles pour la DGA CULTURE ET ATTACTIVIT2 DU TERRITOIRE:; Après 2 ans d'absence suiteà un AVC; bien à vous et au plaisir de vous avoir soit par mail ou téléphone

Ajouter un commentaire

Connexion utilisateur